logo

Meurtre aux poissons rouges

meurtre-poissons-rouges

Amateur de polars étrangers, par souci de dépaysement, j’ai jusqu’ici privilégié les enquêtes menées dans des destinations exotiques (Chine, Russie, Mali, etc.). C’est grâce à un cadeau que je me suis récemment ouvert à un pays beaucoup plus proche de nos contrées.

Meurtre aux poissons rouges n’est pas un polar italien comme les autres. Pour commencer, c’est un ouvrage écrit à quatre mains, par un jeunôt et un vieux singe, qui profitent de l’intrigue pour mettre en scène leurs héros respectifs. Mais ce qui distingue cette enquête de toutes les autres que j’ai lues, c’est qu’elle est relatée par le biais des courriers que s’envoient ces deux flics, qui contiennent des notes personnelles, des rapports de police, des photos, des articles de journaux et même des publicités.

Et l’enquête dans tout cela ? Eh bien, ce n’est finalement qu’une excuse pour découvrir ces deux flics et leurs méthodes respectives. Car ce n’est franchement pas la première fois qu’on suit un meurtrier prêt à tout pour éliminer tous les témoins gênants, n’est-ce pas ?

Les mauvaises langues verront dans Meurtre aux poissons rouges, une prospectus de 150 pages écrits pour faire vendre les romans des deux auteurs. Je le vois plutôt comme une bouffée d’air frais qui, je l’espère, poussera d’autres éditeurs à donner cartes blanches à leurs auteurs !

 

Meurtre aux poissons rouges, de Andrea Camilleri & Carlo Lucarelli, édition Pocket



Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

389073fb1cdb94c5377858c8828356fd||||||||||||||||||||||||||||||||
%d blogueurs aiment cette page :